Intérieurs, couleur, noir & blanc

dans les transports en commun il est inconvenant, incongru d'approcher son, sa semblable, on n'échange pas, rien du tout, le moins possible, c'est rare. Le métro, c'est fait pour circuler, alors on circule, se tasse, sur soi, au pire contre les autres (ce n'est pas par amour, c'est faute de place, plutôt). Il convient de composer avec cet environnement : peu propice à la rencontre. On se détesterait plutôt, cordialement, mais sans plus, les moments de gaité y sont rares, il faut bien le reconnaître. Avant la covid on ne se parlait pas; alors aujourd'hui avec des masques chirurgicaux, en plus des casques audio et avec le smartphone devant les yeux... C'est en raison du peu d'attrait pour ces transports dans leur usage au quotidien, et au global disons, que j'ai peut-être eu ici plus qu'ailleurs envie de photographier, et aussi pour rompre avec ce mot : "circulez y a rien à voir", parce que oui, il y a à voir, pas tout le temps, mais il y a, tout de même. Un peu.